Le petit ténébrion: comment le maîtriser?

Nouvelle recherche
de N. Rousset + Auteurs Publié en mars, 2019

G. Chiron, H. Colinet, D. Renault, F. Mahé, N-P Choisis, J. Deruwez, C. Michel, R. Souillard

Le petit ténébrion : une réflexion à conduire pour des protocoles de lutte intégrée ?
Plaquette de 3 pages

L'essentiel

Le petit ténébrion, Alphitobius diaperinus, est un coléoptère invasif et nuisible d’origine tropicale. Cet insecte s’est en partie adapté à nos régions, ce qui lui permet de persister d’un lot de volailles à l’autre. Il est néanmoins sensible aux températures très basses.  Les infestations sont plus importantes en élevage de dindes où les cycles de production sont plus longs.

L’utilisation d’un insecticide pour lutter contre ce nuisible est nécessaire mais nécessite de respecter les bonnes pratiques. Une réflexion est à conduire sur la structure, l’entretien des bâtiments, les pratiques d’élevage pour mettre en place des protocoles de lutte intégrée :

               - Concevoir et entretenir le bâtiment, les extérieurs : réduction des possibilités de refuges d’hivernage ou de nymphose

               -Bien gérer le vide sanitaire : application d’un insecticide, évacuation des insectes morts ou KO, suppression des réservoirs de nourriture

               -Poursuivre la lutte en cours d’élevage des volailles : choix de pratiques limitant les sources de nourriture

Financés par

Repères

1/ Le petit ténébrion: un nuisible qui pose de multiples problèmes en aviculture :

               - Economique : surcoût chauffage, vieillissement prématuré du bâtiment

                - Sanitaire : ambiance du bâtiment (déperditions de chaleur, ponts thermiques…), réservoir de pathogènes (ex salmonelles), réservoir zoonoses, exposition des éleveurs aux insecticides

                 - Ecologique : résistances aux insecticides

2/ Les larves ont un régime mycophage et carnivore. Elles vivent dans la litière à l’abri de la lumière ainsi que dans le matériau d’isolation des bâtiments qui constitue un endroit idéal pour réaliser leur nymphose. L’adulte, essentiellement mycophage, migre dans la litière où il va trouver sa nourriture, et pondre les œufs.

Nos Partenaires
Logo de l'ANSES

A lire aussi

Etude des facteurs de risque de la contamination par Campylobacter jejuni et Campylobacter coli des élevages de poulets de chair standard.

Étude du transport d'ovocystes de coccidies de poulets par le ténébrion Alphitobius diaperinus.