Les risques respiratoires en élevage de porc et volaille

Nouvelle recherche
de M. Ruch Publié en mars, 2019
Il existe des solutions simples et peu coûteuses pour se protéger des contaminants aériens et travailler en sécurité !
Plaquette de 2 pages

L'essentiel

L’analyse des perceptions des risques au travail indique que les poussières et l’ammoniac ne sont pas  (ou peu) considérés comme des risques professionnels par les éleveurs et les salariés en élevage porcin et avicole. Il a pourtant été montré que plus les taux de poussières et d’ammoniac sont élevés, plus les symptômes respiratoires sont importants après avoir effectué une tâche. Des solutions de prévention pour réduire les sources d’exposition sont proposées.

Financés par

Repères

Repères sur les poussières alvéolaires:

- Valeur seuil réglementaire: Valeur limite Moyenne d’Exposition (VME) de 5 mg/m3, sur une période de 8 heures (INRS, 2012).

Attention, la VME (sur 8 heures) concerne les poussières « inertes » dites « réputées sans effet spécifique ». Or, les poussières issues d’élevages avicoles peuvent contenir des agents actifs biologiquement.

Repères sur les gaz

VME de 10 ppm pour le NH3, et de 5000 ppm pour le CO2 (INRS, 2012).

Nos Partenaires
Logo de l'ANSES

A lire aussi

RUCH M.

La perception des risques respiratoires par les éleveurs de poulets de chair

Qualité de l’air en élevage de poulet de chair