Qualité de l’air en élevage de poulet de chair

exposition des éleveurs et premières voies de réduction

Nouvelle recherche
de N. ROUSSET + Auteurs Publié en septembre, 2017

N. ROUSSET, C. BRAME, M. RUCH, P. GALLIOT, A-C CLEUZIOU, G. GOIZIN, M. HASSOUNA, A. HUNEAU-SALUN, et M-T GUILLAM

Seuls 20 % des éleveurs enquêtés se protègent de façon régulière : « on devrait tous mettre un masque, mais…. »
Revue TeMA de 8 pages

L'essentiel

La prévention en matière de protection de la santé des travailleurs est essentielle pour préserver l’attractivité du métier d’aviculteur

L’étude réalisée dans le cadre du projet AIRELEVEUR, visait à caractériser la qualité de l’air ambiant, l’exposition des éleveurs aux poussières fines, à l’ammoniac et au dioxyde de carbone, durant des tâches a priori exposantes :

  • la surveillance en fin de bande,
  •  le ramassage des animaux pour l’abbattoir,
  • le curage du fumier,
  • et le paillage du bâtiment.

Les expositions des éleveurs peuvent être élevées même si elles sont de courte durée. Se protéger à l’aide d’un équipement individuel adapté aux poussières fines particulièrement durant les tâches de paillage et les visites de surveillance de fin de bande, ainsi que durant les ramassages est à recommander. Quelques mesures peuvent en outre être envisagées pour diminuer l’exposition aux poussières et aux gaz.

Les résultats complets du projet AIRELEVEUR (caractérisation des expositions, identification de la perception des risques et des attitudes des éleveurs face à ceux-ci, et caractérisation de l’impact sur la santé) serviront de base à la rédaction d’un guide de prévention des risques en élevages avicoles et porcins, qui sera publié courant 2018.

Financés par

Repères

Repères sur les poussières alvéolaires:

  • Valeur seuil réglementaire: valeur limite moyenne d’exposition (VME) de 5 mg/m3, sur une période de 8 heures (INRS, 2012).
  • Valeur de référence:  déclin de la fonction pulmonaire à partir de 1,6 mg/m3 (Donham et al. 2000).

Attention, la VME (sur 8 heures) concerne les poussières « inertes » dites « réputées sans effet spécifique ». Or, les poussières issues d’élevages avicoles peuvent contenir des agents actifs biologiquement.

Repères sur les gaz

VME de 10 ppm pour le NH3, et de 5000 ppm pour le CO2 (INRS, 2012).

Nos Partenaires
Logo de l'ANSES

A lire aussi

12èmes JRA-JRFG - Chapitre Durabilité et Environnement