Biodiversité entomologique et parcours de canards prêt-à-gaver

Nouvelle recherche
de M. LAGÜE + Auteurs Publié en mars, 2017

M. LAGÜE, P. ROUILLARD, M.D. BERNADET, J. TÉCHENÉ

Article de 5

L'essentiel

Depuis les années 1990, un déclin accéléré de toutes les espèces d’insectes et en particulier des pollinisateurs est constaté, ce qui met en péril la survie de nombreux écosystèmes ainsi que la sécurité alimentaire de l’humanité. Le maintien de la biodiversité à travers les pratiques agricoles est un enjeu très important. Cette étude vise à acquérir une meilleure connaissance des interactions entre l’élevage de canards prêts-à-gaver et la biodiversité entomologique dans deux systèmes opposés et à caractériser les bénéfices apportés par l’aménagement des parcours. Deux types de parcours ont été étudiés, l’un avec végétation basse uniquement (ray-grass essentiellement) sur 3 000 m² (parcours P-1 et P-2) et l’autre avec végétation basse et haute (saules et érables champêtres, pour une densité d’arbres de 800/ha) sur 3 000 m² (parcours A-1 et A-2). De juin 2014 à mai 2015, des pièges ont été utilisés pour capturer les insectes. Plusieurs types de pièges ont été mis en place sur les parcours étudiés tels que des pièges à interception ou à attraction destinés à la capture des insectes volants et des pièges enterrés destinés à la capture des insectes rampants. Les zones fortement piétinées par les canards semblent plus utilisées par les coléoptères du sol, sans que la présence d’arbres n’impacte ces populations d’insectes. Le nombre d’abeilles domestiques et sauvages est inférieur sur les parcours sans arbres mais plusieurs pistes peuvent expliquer ce phénomène. En effet, la forte densité d’arbres (800/ha) et la faible diversité d’essences (saules marsaults et érables champêtres) semblent pénaliser le développement de la strate herbacée mellifère et offrent une courte période de floraison arborée. La densité d’arbres semble beaucoup trop élevée sur les parcours utilisés, ce qui pénalise la biodiversité entomologique. La meilleure alternative serait de développer un milieu plus ouvert, équilibrant espaces ombragés et ensoleillés, en diversifiant les essences qui doivent être en partie mellifères avec des floraisons étalées sur l’année. _x000D_