Publié le 1 déc. 2016

Téléchargements

Télécharger l'article
Quels leviers d'action pour limiter le risque lié aux poussières pour le personnel au poste d'accrochage en abattoir de volailles?

L'essentiel

Les professionnels manipulant les oiseaux vivants lors de la réception et de l’accrochage des volailles peuvent être exposés à des aérosols composés de poussières et de microorganismes.

L’étude ACCROCH’AIR a été réalisée dans 17 abattoirs de volailles du Grand-Ouest de la France afin :

1/ De mesurer cette exposition aux poussières,

2/D’évaluer les effets potentiels de ces bioaérosols sur la santé des travailleurs au poste d’accrochage des volailles.

3/ De proposer des moyens de protection et de prévention adaptés.

Sur les lignes d’abattage étudiées, un à quatre accrocheurs ont été équipés pendant environ trois heures de capteurs permettant d’estimer ponctuellement leur exposition aux poussières inhalables et alvéolaires. Un capteur était placé à 1 m derrière les travailleurs pour mesurer la concentration en poussières totales dans l’air de la salle d’accrochage.

L’empoussièrement total ambiant au poste d’accrochage varie fortement selon les dispositions des locaux. Néanmoins, l’exposition des professionnels aux poussières inhalables (diamètre inférieur à 100 µm) est souvent élevée quel que soit l’aménagement du poste d’accrochage. L’exposition aux poussières alvéolaires (diamètre inférieur à 5 µm) est également importante bien que généralement inférieure au seuil réglementaire. Ces expositions sont étroitement corrélées au taux de poussières ambiant, montrant que les mesures préventives ou correctives qui pourraient être mises en place au niveau de la zone d’accrochage auront certainement un impact significatif sur les expositions individuelles. 

Partenaires

ITAVI MSA CHU Brest

Financé par

FRANCEAGRIMER