Accompagner une démarche de réduction des usages d’antibiotiques en aviculture

Intégrer la compréhension du facteur humain dans le conseil technique aux éleveurs

Nouvelle recherche
de ROUSSET N. + Auteurs Publié en juin, 2018

N. ROUSSET, E. DEZAT, S. LE BOUQUIN, F. MAHE, L. CARDINEAU, C. CHAUVIN, et G. ROUXEL

L’utilisation des antibiotiques et la prévention sanitaire est directement liée à l’image du métier perçue par l’éleveur
Revue TeMA de 10 pages
Télécharger

Document réservé Ce document est réservé au(x) profil(s) suivant(s) : Adhérent, Abonné

L'essentiel

La lutte contre l’antibiorésistance constitue aujourd’hui un enjeu majeur pour la santé publique.

Les objectifs de réduction des usages d’antibiotiques du plan Ecoantibio2017 sont aujourd’hui largement atteints grâce à l’engagement de l’ensemble des acteurs. Néanmoins, les efforts sont à poursuivre afin de pérenniser ces bons résultats.

L’influence du facteur humain pour expliquer une partie de la variabilité des usages d’antibiotiques en élevages avicoles semble se dessiner. Afin de mieux caractériser ce facteur, une enquête a été réalisée en 2016, auprès de 68 éleveurs de poulets de chair, en région Bretagne et Pays de la Loire.

Elle s’appuyait sur le modèle de psycho-sociologie au travail « Demandes-Ressources au travail » de Bakker et Demrouti (2008) :

  • L’utilisation des antibiotiques et l’observance de certaines pratiques de prévention sanitaire semblent directement liée à l’image du métier perçue par les éleveurs.
  • Une vision positive du métier semble associée à des éleveurs ayant plus de facilité à prendre du recul par rapport aux évènements sanitaires et à l’utilisation des traitements antibiotiques.

La sensibilisation des équipes techniques, dès leur formation initiale, à la prise en compte de ces facteurs apparait comme essentielle, afin de les aider à réfléchir sur la pratique de leur futur métier.

Financés par

Repères

Le modèle « Demandes-Ressources au travail » de Bakker et Demerouti (2008) est une représentation des conditions de travail en deux catégories :

•            les exigences (tout ce qui dans l’environnement de travail est source de tension)

•            et les ressources (tout ce qui peut permettre de travailler convenablement ou constituer un risque d’épuisement professionnel lorsqu’elles viennent à manquer).

Le plan Ecoantibio2017 avaient pour objectif de

       1/ Diminuer la résistance bactérienne

        2/ Préserver les moyens de traitement des hommes et des animaux (Réduction de 25% de l’usage en 5 ans, et effort particulier de réduction des antibiotiques d’importance critique (fluoroquinolones et céphalosporines 3 et 4G))

Ce plan va se poursuivre sur la période 2017-2021 pour Evaluer les impacts du premier plan, valoriser les résultats, poursuivre la dynamique en consolidant les acquis et en poursuivant les actions

Nos Partenaires
Logo de l'ANSES

A lire aussi

Lapins

Outil de suivi des utilisations d’antibiotiques en élevages avicoles

Le démarrage des poulets de chair - JeuneAviPlus